in primo piano

Mostra "La magia degli anni ottanta"

Terrae Motus

Omaggio a Lucio Amelio “La magia degli anni ottanta”

Reggia di Caserta 19 dicembre

Venerdì 19 Dicembre alle ore 18, in occasione del ventennale della morte di Lucio Amelio, verrà esposta eccezionalmente l’opera della collezione Terrae Motus di Gerard Garouste. 

Leggi tutto...

Parc Royal

PDF Stampa E-mail

Le Parc Royal c'est une partie intégrale du project présenté par l'architect Louis Vanvitelli aux souverains. Il s'inspire aux jardins des grands résidences royales europénnes du temp en fondant la tradition italienne du jardin de la Rennaissance avec les solutions introduites par André le Nôtre à Versailles. Les travaux, avec la délimitation de l'aile et le planter des plans, commençaient en 1753, simultanément à la construction de l'aqueduc Carolino, lesquelles eaux, de les feuilles du Mont Taburne auraient alimenté les fountains des jardins royals.

Le jardin formel, comme nous le pouvons aujourd'hui, c'est seulement une partie de la realisation de ce que Vanvitelli avait inventé: à sa mort, en effet, en 1773, l'aqueduc avait été terminé mais aucune fountaine était déjà realisée.

Les travaux furent complétés par le fils Charles (1740-1821) lequel en ayant semplifié le project du père, en fût fidèle réalisateur, en conservant le rythme composant de l'alternance des fountaines, des bassins d'eau, des prés et des petites cascades.

Pour les visiteurs qui sortent du palais royal les jardin se présentent divisés en deux parties: la première est constituée par des grands parterres, qui sont séparés par une avenue centrale qui conduit à la fountaine Margherita, qui est flanchée par des bosquets de chênes verts et charmes, disposés symétriquement à former une scene "théâtrale" verte et semi-circulaire.

À gouche du palais, dans le soi- disant " Bosque Vieux ", lequel nom rappelle l'existence d'un précédent jardin de la Renaissance, se leve la Castelluccia, qui est une construction qui simule un château en miniature, près duquel le jeun Ferdinand IV s'exerçait en faux battailles terrestres.

Dans le "grand vivier" un lac artificiel aux formes elliptique avec un îlot au centre, venaient combattues les battailles navales avec une flottille construite pour ce but.

La deuxième partie du parc, realisée entièrement par Charles Vanvitelli, commence avec la fountaine Margherita, de laquelle s'èleve la celebre vie d'eau, sur laquelle de sud vers nord on peut recontrer la fountaine des "Dauphins" appelée dans cette façon parce-que l'eau fuit par les bouches de trois gros monstres maris sculptés en pierre, et la fountaine d' "Eolo", qui est constituite par une ample exèdre dans laquelle s'ouvrent nombreaux cavernes qui simulent la demeure des vents, rappresentés par des statues de "zéphyrs" . 

L'axe principale est structurée sur sept bassins descendents qui forment autant de cascades conclues par la fountaine de Cerere qui repésent la fécondité de la Sicilia, avec les statues de la déesse et les deux fleuves de l' île. La dernière fountaine est celle-là dans laquelle il y a la représentation de l'événement de 'Venere et Adone'.

Enfin, dans le bassin, dénommé "Bain de Diana" sous-jacent la cascade du mont Briano, deux importants groups marmoréens représentent le moment dans lequel, en étant muté en cerf, il venait être mangé par ses mêmes chiens et Diana entourée par les ninphes, pendant qu'elle sort par l'eau.

Une grotte artificielle, construite avec des gros blocs de tuf, le soi-disant Torrione, qui se dresse à la sommet de la cascade, à travers laquelle on peut poisser d'une vue du paysage qui est vraiment unique.

 

 

alt

L. Vanvitelli. Planimétrie du parc par la déclaration des dessins. Napoli 1756.

 

 

 

 

 

 

alt

Vue d'ensemble-Archives photographique.Sourintendance.

 
free pokerfree poker